DOSSIER : LES FILMS DE CHASSE AUX SORCIÈRES

Lors de notre podcast numéro 17 consacré à la chasse aux sorcières version Buffy, nous avons souhaité revenir sur la représentation de ce mythe au cinéma (et un peu à la télévision). Nous avons pu ainsi établir certains codes de ce sous-genre.

Le premier de ces codes est une situation de crise (un meurtre horrible qui met en émoi tout Sunnydale dans Buffy ou une guerre entre colons et amérindiens en ce qui concerne Salem à la fin du XVIIème siècle).

Un autre passage obligé est le lien étroit entre sorcellerie et déviance. Que les accusés de sorcellerie aient une sexualité plus libre que la moyenne ou un rapport plus affiché que les autres à la drogue, à l’alcool ou à la religion ou même juste un style vestimentaire qui dérange, les déviants sont toujours pointés du doigt par une petite communauté tranquille (en apparence) et puritaine qui voit d’un très mauvais oeil tout comportement différent.

Enfin dernier code : la justice populaire (et aveugle). Une fois la mise en route de la machine infernale « chasse aux sorcières », l’enquête, le procès et l’exécutions de la peine se font à toute vitesse et dans la paranoïa la plus totale. Une manière de montrer que les décisions prises en meute sous le coup de l’émotion sont rarement bonnes.

 

Sachez que cette liste chronologique n’est pas du tout exhaustive et que les critiques des oeuvres présentées n’engagent que sont auteur : Sarthman. N’hésitez pas à commentez et/ou enrichir cet article.

 

 

37405LES SORCIÈRES DE SALEM

Film de 1956, de Raymond Rouleau, avec Yves MontantSimone Signoret et Mylène Demongeot.

Yves Montant est incroyable, Simone Signoret impeccable comme d’habitude et la petite catin interprétée par Mylène Demongeot est géniale aussi, bref un triangle amoureux de haut niveau. C’est une adaptation de la pièce d’Arthur Miller et ça s’attache surtout à la relation d’un couple au milieu de ce contexte de chasse aux sorcières. C’est du cinéma à l’ancienne, le traitement des personnages est parfait, on adore.

seasonofthewitchSEASON OF THE WITCH

Film de 1972, de George Romero, avec Jane White et Raymond Laine.

Parfois à la limite de l’expérimental, George mixe Desperate housewives et sorcellerie. Une mère de famille qui s’ennuie plonge dans l’occulte pour se libérer de la tutelle masculine. Sexe, sorts et soumission sont étroitement liés. Pas trop de chasse à la sorcière dans ce film mais un Romero avec « witch » dans le titre, on était obligé d’aller y jeter un oeil.

hmm-suspiria

SUSPIRIA

Film de 1977, de Dario Argento, avec Jessica Harper et Stefania Casini.

Une jeune femme débarque dans une étrange école de danse où se passent des choses très très flippantes. Film culte, une bande son ultra dérangeant, des décors d’un autre monde et des scènes gores sublimées par un Dario au sommet. Un très grand film de genre hélas que moyennement en rapport avec notre dossier mais on ne pouvait s’empêcher de le glisser.

Les-Sorcières-dEastwickLES SORCIÈRES D’EASTWICK

Film de 1987, de George Miller, avec Jack Nicholson, Cher, Susan Sarandon et Michelle Pfeiffer.

C’est très cool mais moyennement en rapport avec la chasse aux sorcières. L’arrivée d’un étrange et riche bonhomme vient bouleverser les petites habitudes de 3 amies ainsi que de l’ensemble de leur sympathique petite communauté. La musique de John Williams est géniale et rien que pour la scène des cerise le film vaut le coup d’oeil. On y retrouve le contexte de petite ville tranquille et puritaine qui se met à haïr les gens qui deviennent soudainement différents.

91qkOSSJ4gL._SL1500_WITCHES

Film de 1990, de Nicolas Roeg, avec Anjelica Huston et Mai Zetterling.

C’est une histoire horrible d’un enfant qui perd ses parents et qui ensuite se fait poursuivre par des sorcières qui veulent le bouffer. Ça m’a traumatisé. Les sorcières y sont très moches et très méchantes, on ne les aime pas du tout. On y découvre une idée qui a probablement inspiré Bewitched Bothered and bewildered (216) puis Gingerbread (311) avec les sorcières qui transforment des enfants en souris. Étrange ce film, apparemment c’est une comédie d’aventure pour les enfants mais pas sûr que ça leur plaise…

hocuspocus_posterHOCUS POCUS

Film de 1993, de Kenny Ortega, avec Sarah Jessica Parker et Kathy Najimy.

Attention c’est du Disney, c’est une comédie, rien n’est sérieux, ni la sorcellerie, ni les pendaisons et les sorcières de Salem ne sont que le point de départ d’une aventure pleine de fantaisie avec des gamins comme héros. La musique est très cool, les maquillages aussi dommage que ce soit pour les enfants et pas terrible. Un petit lien intéressant avec Buffy et l’épisode Gingerbread : les adultes y sont nuls et ne comprennent rien à ce qu’il se passe, ils sont envoutés et ce sont les enfants qui doivent combattre le mal. On y découvre également avec plaisir le Larry de Buffy quelques années avant la série.

crucible-96THE CRUCIBLE

Film de 1996, de Nicholas Hytner, avec Winona Ryder et Daniel Day Lewis.

Une autre adaptation de la pièce de Miller mais c’est clairement mille fois moins inspiré que la version de 1956. Les personnages y sont caricaturés, c’est pas trop mal filmé mais les gens passent leur temps à hurler et on y joue plus la carte du spectaculaire que de l’émotion sans pour autant y arriver. Pas trop de subtilité, une seule scène à en sortir tout de même : un mouvement de foule hallucinée qui se termine dans l’eau en mode néo-baptême, scène très sympa. Le reste c’est du mélo qui en fait des caisses.

MV5BMTIwNTQyNTY1OF5BMl5BanBnXkFtZTYwNTYwNjg4._V1_SY317_CR2,0,214,317_AL_

THE CRAFT

Film de 1996, de Andrew Fleming, avec Fairuza Balk et Neve Campbell.

On y retrouve aussi le Billy Loomis de Scream, c’est complètement la même époque et la même ambiance. Des ados découvrent qu’adorer Satan leur permet d’obtenir tout ce qu’elles désirent mais attention au retour de flamme. Dans ce film, c’est plutôt avant de devenir sorcières que les jeunes filles sont exclus et raillées par leur communauté (les populaires du lycée…). C’est vraiment pas mal du tout, on retrouve beaucoup des codes du genre mais réutilisés et traités de manière assez inhabituelle. Cool.

Charmed_Saison_1.CHARMED

Série de 1999, de Constance M. Burge, avec Shannen Doherty et Alyssa Milano.

Trois soeurs sorcières combattent les forces du mal à San Francisco. Dans l’épisode 2 de la saison 2 la charmante Alyssa Milano se voit dans le futur en train de cramer sur un bucher. Donc bim ! Direction le futur pour remédier à ça et elles débarquent toutes les trois dans une version George Orwell de Salem. Les sorcières sont traquées mais à priori pour une bonne raison car l’Alyssa du futur vient de tuer un joueur de baseball : Scandale !!! Pas trop de subtilité chez les soeurs Halliwell, plutôt une sorte de passage obligé de la série qui n’apporte pas grand chose au genre.

47842LE PACTE DU SANG

Film de 2006, de Renny Harling, avec Steven Strait et Laura Ramsey.

Laura Ramsey du très bon The Ruins, se retrouve ici dans une saloperie qu’il faut absolument ne pas regarder. On savait déjà Renny Harling perdu pour le cinéma mais là il est même perdu pour la série B. Les sorcières sont dans ce truc des sorciers beaux gosses de 20 ans en mode débardeurs et dents blanches qui se foutent sur la gueule à coups de boules d’énergies pour des histoires de meufs. Aucun intérêt.

lordsTHE LORDS OF SALEM

Film de 2012, de Rob Zombie, avec Sheri Moon Zombie et Ken Foree.

Heidi, animatrice radio à succès reçoit un jour un disque vinyle ensorcelé : on adore. Les femmes de Salem sont rapidement « envoutées » et Heidi plonge dans la folie. Extrêmement nihiliste et malsain, Rob Zombie nous propose une vision dégueulasse et monstrueuse du mythe des sorcières de Salem. Rempli d’idées formelles incroyables, le film n’en reste pas moins laborieux et un peu ennuyeux, c’est dommage. La BO est néanmoins assez remarquable (https://youtu.be/zPmyFWDo8so)

tumblr_m7q83y2PI81qfuz0bo2_1280PARANORMAN

Film de 2012, de Chris Butler et Sam Fell.

Une version anime et marrante de Sixième Sens. C’est plein d’hommages aux films d’horreur qu’on aime bien, ça reprend un peu l’intrigue d’Hocus Pocus mais il y a tout de même ici un effort pour faire un lien entre méchantes sorcière exécutée il y a très longtemps et ce petit bonhomme différent des autres que tout le monde marginalise. Il y a même une foule en colère et des zombies. C’est un film malin et sympa et comme Buffy, il nous rappelle l’importance des contes. Super film.

20483713HANSEL ET GRETEL : WITCH HUNTERS

Film de 2013, de Tommy Wirkola, avec Jeremy Renner et Famke Janssen.

Alors c’est produit par Will Ferrell et Adam McKay donc ça donne le ton. Hansel et Gretel sont adultes et sont devenus des espèces de chasseurs de prime de sorcières.Il y a de la bagarre, des flingues, des explosions, de la musique à la sauce Hans Zimmer et des punch-lines approximatives. On est très très loin de la thématique et de l’esprit « Salem ».

American-Horror-Story-Coven-15AMERICAN HORROR STORY : COVEN

Série de 2013, de Ryan Murphy et Brad Falchuk, avec Sarah Paulson et Taissa Farmiga.

La série la plus zarb de ces dernières années s’attaque aux sorcières pour sa saison 3. Une jeune fille blonde découvre qu’elle en est et qu’à chaque génération une sorcière est choisie pour être l’élue, la sorcière suprême, tiens tiens… On colle bien au thème, l’ambiance de la Louisiane permet de mêler chasse aux sorcières et vaudou dans un grand n’importe quoi visuel et sonore qui, même s’il n’est pas toujours maîtrisé, se regarde avec plaisir devant autant de gens perturbés. Ça vaut le coup.

278395SALEM

Série de 2014, de Adam Simon et Brannon Braga, avec Janet Montgomery et Shane West.

La dernière adaptation (très libre) en date de la pièce d’Arthur Miller à l’origine du « genre » chasse aux sorcières. C’est pas terrible, ça veut tellement étirer le récit qu’au final on va pas très loin et on s’emmerde assez vite. Pourtant tout y est, messes noires, curé super bizarre, ambiance parano, intrigues sexuelles… Mais ça ne suffit pas.

Publicités